Trouver le problème qui se cache dans la consigne

Coaching scolaire & formation

Trouver le problème qui se cache dans la consigne

12 juin 2018 Spécial Examens 2
Lycéen avec loupe d'enquêteur

Guy Sonnois, dans son formidable livre “Accompagner le travail des adolescents”, nous explique que dans chaque consigne se cache un problème. Cela peut paraître évident pourtant c’est fondamental. Tout l’enjeu est justement de transformer une consigne en problème à résoudre. C’est la clé du succès. Un problème mal identifié ou un moyen pour trouver une solution mal choisi conduit au même mauvais résultat.
Votre première mission est d’identifier le problème. Ensuite vous chercherez dans votre mémoire les moyens de trouver une solution. Enfin vous choisirez parmi eux le meilleur.
Les erreurs à ne pas commettre :

  • Dire tout ce que l’on sait, laissant au professeur le soin de faire sa sélection. Il vous en voudra pour cette lâcheté et sanctionnera d’une piètre note cet étalage et votre peur de trier.
  • Croire que ce problème ressemble à un précédent exercice et appliquer la même recette. Chaque problème est nouveau et demande un traitement adapté. Faites toujours du neuf !

Donc réfléchir, c’est choisir parmi ses connaissances et parmi ses compétences celles qui conviennent le mieux à un problème clairement identifié. Je vous souhaite d’y parvenir à chaque exercice qui vous sera proposé tout au long des épreuves à venir.

Prenez le temps de lire la consigne et transformez-la en problème à résoudre !
Beau succès à chacun et à chacune d’entre vous !

  1. Guy SONNOIS dit :

    Bonjour Anne-Marie, je ne vous connais pas mais je vous remercie de citer mon ouvrage en des termes aussi positifs (en plus, le jour de ma fête…). Vous en avez extrait ce passage tellement central sur la lecture de l’énoncé. Peu de gens osent s’affronter à cette difficulté de la problématique, notion si vague pour les élèves… quand elle ne l’est pas pour les enseignants eux-mêmes ! Vous avez mis le doigt sur ce qui constitue à mes yeux le nœud du problème… si j’ose dire. C’est le point qui doit être visé dès le premier contact avec une connaissance, c’est lui qui donne à la mémorisation sa véritable visée de sens, qui donne au geste de réflexion toute sa profondeur et son efficacité , qui ouvre ensuite la voie à une communication orale ou écrite aboutie. Bravo donc et merci. Vous serez sans doute intéressée par la parution le 20 septembre du Cahier d’exercices « J’apprends à travailler », réduction synthétique d’ « Accompagner le travail des adolescents… » et destiné cette fois aux élèves eux-mêmes. La lutte contre le décrochage scolaire de plus en plus précoce (ou pour le moins la passivité intellectuelle des élèves malgré les mirifiques résultats aux examens nationaux…) demande que toutes les énergies se conjuguent vers le même but : donner à tout le monde les clés de la réussite jusqu’ici réservées à une minorité.

    J’espère que vous ne verrez pas d’inconvénient à ce que je publie de publier votre message dans mon propre blog.

    • Anne-Marie Blessig dit :

      Quel privilège de lire votre commentaire sur cette page. Merci. J’ai hâte de découvrir votre cahier d’exercices. J’y puiserai sans doute des idées pour rendre les jeunes que j’accompagne “acteurs” de leur scolarité. La notion que j’ai pointée me paraît en effet fondamentale. Une consigne transmutée en problème à résoudre ! S’il prend conscience de cette alchimie, le jeune perçoit qu’il a pris les commandes et qu’il a du “pouvoir”. C’est tout le sens de mon travail.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.