Trouver la motivation

Coaching, formation et pratiques narratives

Trouver la motivation

15 mai 2018 Spécial Examens 0

Nous sommes mi-mai, le compte à rebours a commencé. Pour certains, les révisions ont trouvé place dans leur routine scolaire, pour d’autres la procrastination et la rengaine « j’ai encore plein de temps » occupent tout l’espace.

Comment trouver la motivation pour s’y mettre ?
Derrière chaque comportement, il y a différentes motivations, différentes forces motrices.
Je révise parce que je veux réussir, parce que je veux faire plaisir, parce que j’attends une récompense.
Ces forces-là, on s’en doute, sont de puissance inégale.

Trouver la motivation, c’est trouver le pourquoi.

Que ceux qui peinent à commencer leur révision se projettent dans un mois, au moment des épreuves, et s’imaginent forts d’une belle préparation. Quel sentiment éprouvent-ils ?
La clé pour s’y mettre est de se sentir capable et de se fixer des objectifs journaliers réalistes. Une barre placée trop haut, un programme de révision trop ambitieux fait prend le risque d’échouer dans l’atteinte de son objectif. Cette déception gâchera le goût des efforts consentis et les occultera. Dommage !
Premier conseil : quantifier la masse de travail à fournir (x chapitres par matière), puis la diviser par le nombre de jours avant les épreuves pour obtenir un volume à produire et à répartir jusqu’en juin.
Il est essentiel d’établir un planning cohérent pour que la révision de philo n’occulte pas toutes les épreuves ultérieures.
Tous les jours en atteignant votre objectif, vous consoliderez votre estime personnelle qui est le cœur de la motivation. La perception de votre capacité à réussir augmentera aussi.

Quelques conseils épars pour accroître votre motivation

  • Remplacer « je dois faire » par « je choisis de faire » dans vos discours internes.
  • Représenter votre objectif par un tableau de visualisation (vision board), constitué de collages d’images, de dessins, de citations.
  • Ancrer cet objectif sur un objet de votre quotidien, il vous le rappellera chaque fois que votre regard tombera dessus.
  • Ne plus dire « je n’ai pas compris », mais : « je n’ai pas ENCORE compris ».
  • Transformer vos erreurs en occasions d’apprendre ; ne pas oublier que la plupart des réussites ont été précédées de plusieurs échecs
  • Il est facile de se motiver quand la matière plaît. En revanche lorsqu’elle ne plaît pas, il faut chercher le plaisir dans la difficulté surmontée, apprécier le plaisir d’apprendre, de comprendre, de faire des progrès.
  • Observer votre manière de travailler, l’explorer en variant les méthodes et le cadre : changer d’endroit, faire des schémas, des images mentales.
    Et pour conclure, ne pas regarder le sommet mais apprécier le chemin déjà parcouru et l’étape à venir et se demander entre soi et la scolarité qui est au service de qui.
    Anne-Marie Blessig

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.